Divers

Dernière mise à jour : le 17 septembre 2001

Déchetteries: Toujours aussi peu professionnels

Quelques mois après s'être attiré les foudres des habitants de Dirinon, à cause d'une aire de déchets verts installée sans concertation préalable, la Communauté de Communes s'empêtre à propos d'un nouveau dossier, celui de la fermeture des déchetteries le dimanche matin.

Par voie de presse on nous apprenait que la fréquentation faible des déchetteries le dimanche matin justifiait qu'on les ferme. A l'évidence il s'agissait d'un mensonge. L'association DES l'a prouvé en novembre à la déchetterie de St Eloi. Plus de 100 véhicules y sont passé et les usagers de la déchetterie ont tout naturellement signé la pétition demandant le maintien de l'ouverture.

Maintenir les déchetteries le dimanche matin est nécessaire car cela correspond à un service public auquel les citoyens sont en droit d'attendre. Le dimanche matin constitue le pic de fréquentation. Pourquoi décourager les usagers faisant preuve de civisme et apportant eux-mêmes les déchets qu'ils ont pris soin de trier?

On nous dit que les élus de Landerneau était opposés à cette fermeture. Très bien, mais pourquoi l'ont-ils oublié au moment de voté?

La Voie de LANRINOU

La Communauté de Communes du Pays de Landerneau Daoulas a entrepris de vouloir construire une route en traversant le Bois de Pencran pour relier le site de Lanrinou à la route de Landerneau-Daoulas. Ce projet pharaonique pour un si petit trafic est bien mal parti. Il a été recalé plusieurs fois en Commission Départementale des Sites ce qui est exceptionnel. Aux dernières nouvelles plusieurs élus de la Communauté de Communes n'étaient plus aussi certains du bien fondé de ce projet.
Plusieurs associations se regroupent pour combattre ce projet : Démocratie Ecologie Solidarité; Association Economie-Développement - Cadre de Vie "Secteur Les Hameaux de la Colline" ; AAPPMA de l'Elorn ; Bretagne Vivante SEPNB ; Le Conservatoire Botanique de Brest ; Association Patrimoine et Cadre de Vie de Landerneau.

La maison de l'emploi.

La maison de l'emploi n'arrive pas à voir le jour. Depuis des mois on assiste à des tergiversations entre la Communauté de commune et la Municipalité de Landerneau qui portent sur le choix du local. Si la situation n'était pas si grave cela prêterait à sourire.
Les chômeurs et les jeunes attendent cette structure avec impatience et le regroupement des différents services afin de leur faciliter la recherche d'un emploi.

La pépinière d'entreprises

Nous entendons en ce moment des échos opposés :
Le démarrage de la 2ème tranche de la pépinière est annoncé comme prochain.

Dès le lancement du projet de pépinière d'entreprises l'association Démocratie Ecologie Solidarité avait recensé les locaux industriels non occupés. Ceux-ci étaient à l'époque très nombreux. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Cela aurait coûté beaucoup moins cher à la collectivité d'aménager certains des locaux vides pour accueillir de jeunes entreprises. La Communauté de Communes et la Municipalité de Landerneau, ont préféré la solution la plus coûteuse en créant de toute pièce un bâtiment.

La loi littoral est attaquée

On se souvient que le tribunal administratif de Nantes avait donné raison à un agriculteur bio de Logonna qui avait porté plainte contre la construction d’un poulailler sur une zone protégée par la loi littoral. On apprennait par la presse que Yolande Boyer, à la demande de plusieurs maires de la côte et au nom du parti socialiste, avait déposé, au Sénat, un amendement à la loi littoral qui permettrait de telles constructions. Le lobby agro-alimentaire a gagné et a obtenu que dans des zones interdites à la construction de maisons individuelles (sage mesure) on puisse construire des installations classées comme polluantes.
Bientôt des porcheries et des poulaillers industriels “ les pieds dans l’eau ” !

Jean Trelhu récompensé par Bretagne Vivante SEPNB

Bretagne Vivante SEPNB a remarqué l'action militante de Jean Trélhu, agriculteur biologique de Logonna, et lui a décerné son prix ..... Par ce geste symbolique c'est toute l'action de Jean Trélhu qui est reconnue. J. Trélhu se bat contre la construction de poulaillers industriels dans la zone protégée par la Loi Littoral. Il a eu gain de cause au niveau du Conseil d'Etat.